La Réunion : 10 monuments historiques méconnus a découvrir

La Réunion : 10 monuments historiques méconnus a découvrir

L'application pour découvrir les Monuments Historiques français

Carte du Patrimoine est Disponible pour Android sur le Google Play Store
Une capture d'écran de l'application Carte du Patrimoine présentant les informations d'un château à Montiganc-Charente

Musée des arts décoratifs de l'Océan Indien (MADOI), Saint-Louis

Façade ouest de l'extension nord du domaine de Maison Rouge

Le domaine de Maison Rouge, avec sa longue histoire dans la production de café et de sucre, est un site qui illustre les changements socio-économiques à La Réunion. Aujourd'hui musée, ce domaine conserve ses bâtiments de production, forge et écuries, retraçant ainsi l'évolution des pratiques agricoles sur l’île.

Caserne de gendarmerie, Saint-Benoît

La gendarmerie bâtie en 1972 par l'architecte Jean Bossu marque l'architecture de Saint-Benoît avec son lotissement de maisons basses uniques. La simplicité des formes et l'usage presque monochrome de couleurs qui, au fil du temps, ont été uniformisées par un blanc cassé, témoignent des tendances esthétiques du 20e siècle. L'escalier en béton, devenu vert par la suite, contraste avec la sobriété des lignes architecturales.

Ancien hôpital colonial Félix-Guyon, Saint-Denis

Caractéristique de l'architecture hospitalière du début du 20e siècle, l'ancien hôpital Félix-Guyon se distingue par sa construction en bois et ses galeries soutenues par des colonnes en fonte. Son porche d'accès n'échappe pas à cette élégance avec ses références néo-classiques, faisant de cet édifice un témoignage précieux du patrimoine hospitalier.

Les mausolées anglais et français de La Redoute, Saint-Denis

Marqueurs de l'histoire militaire, les deux obélisques des mausolées de La Redoute commémorent le combat de 1810 entre cipayes et troupes créoles. Leurs architectures inspirées de l'Antiquité rendent hommage aux soldats des deux camps, respectant ainsi le lieu de mémoire et soulignant leur importance historique.

Villa du Général, Saint-Denis

La Villa du Général de Saint-Denis, construite à la moitié du 19e siècle, affiche une façade remarquable ornée de motifs Art Déco. Ses toitures complexes et la transition de mur d'enceinte à grille forgée sont des détails architecturaux qui enrichissent le récit visuel de cette demeure, représentative de l'habitat colonial de l'époque.

Ancien marché de Saint-Paul

Ce marché-bazar du 19e siècle transformé au fil des années, exhibe des halles et un bâtiment long en maçonnerie unique pour l'époque. Ses transformations, notamment la couverture en béton armé dans les années 1970, témoignent de l'adaptation constante de l'espace urbain aux besoins d'une société en évolution.

Pont de la Ravine des Chèvres, Sainte-Suzanne

Le Pont de la Ravine des Chèvres, datant de 1754, est un exemple majeur du génie civil de l'époque avec ses techniques de construction en moellons de pierre. En tant que plus ancien ouvrage d'art de l'île, il a su s'adapter aux évolutions des modes de transport, véritable témoignage de l'ingénierie de son temps.

Hôtel Laçay, Saint-Paul

L'Hôtel Laçay, édifié entre 1816 et 1837, a servi à diverses fonctions sociales et administratives au cours de son histoire, reflétant les évolutions sociétales de Saint-Paul. L'architecture de l'édifice, rectangulaire avec ses deux avant-corps, témoigne de pratiques de construction traditionnelles et de l'utilisation de matériaux locaux.

Théâtre de plein air de Saint-Gilles-les-Bains, Saint-Paul

Conçu pour être en harmonie avec l'environnement climatique et géographique de Saint-Gilles, ce théâtre en hémicycle construit essentiellement en béton brut est représentatif du mouvement brutaliste. Ses gradins et sa forme architecturale célèbrent la vision culturelle et populaire de la région, inauguré en 1970 avec le premier festival de l'Océan Indien.

Eglise paroissiale, Saint-Pierre

L'église paroissiale de Saint-Pierre a connu de nombreuses modifications depuis sa fondation en 1732, englobant une histoire qui s'étend du 18e au 19e siècle. Avec un portique ajouté en 1835 et autres aménagements intérieurs et extérieurs au fil des années, elle démontre comment les lieux de culte évoluent avec leur communauté.