Marne : 10 monuments historiques méconnus a découvrir

Marne : 10 monuments historiques méconnus a découvrir

L'application pour découvrir les Monuments Historiques français

Carte du Patrimoine est Disponible pour Android sur le Google Play Store
Une capture d'écran de l'application Carte du Patrimoine présentant les informations d'un château à Montiganc-Charente

Chapelle orthodoxe russe - Saint-Hilaire-le-Grand

Façade sud-est de la Chapelle orthodoxe russe

La chapelle orthodoxe est édifiée en 1937 à proximité du cimetière militaire russe dans le style des églises russes du 15e siècle. Albert Alexandrovitch Benois est également l’auteur du décor peint, dont l’iconostase qui sépare la nef de l’abside et qui présente des icônes de l’Annonciation et des quatre évangélistes. L’intérieur de l’église comporte aussi des plaques commémoratives en souvenir des 4000 soldats russes morts au champ d’honneur en France entre 1916 et 1918.

Ancien quartier Tirlet - Châlons-sur-Marne

Site de l'ancienne abbaye de Saint-Pierre-aux-Monts (église consacrée en 1034, détruite en 1772). Etablissement du grand quartier de cavalerie à partir de 1826. Construction des bâtiments de 1838 à la fin du 19e siècle. Implantation d'une unité administrative entre 1962 et 1964.

Bâtiment de l'ancien tribunal du bailliage - Châtillon-sur-Marne

L'immeuble, du 17ème siècle, a conservé certains de ces aménagements intérieurs comme l'escalier de pierre et la cheminée de la grande salle. En bas de l'escalier sont présentées des armoiries tenues par un lion. L'escalier en pierre est caractéristique des grands escaliers de la deuxième moitié du 17ème siècle. La grande cheminée, avec son trumeau décoré, s'inspire aussi des grands modèles de la deuxième moitié du 17ème siècle.

Maison Saint-Joseph - Châlons-sur-Marne

Prieuré Saint-Joseph de Châlons fondé en 1614 comme dépendance urbaine de l'abbaye bénédictine d'Avenay. Cloître édifié dans la seconde moitié du 17e siècle. Chapelle reconstruite au début du 18e siècle (1706). Prieuré supprimé en 1788. Les bâtiments accueillent alors l'hospice Saint-Maur, hospice rattaché à l'Hôtel-Dieu en 1846. Installation d'une maison d'éducation pour les orphelins et d'une maison de retraite.

Hôtel des postes - Reims

Vue de l'arrière façade de l'Hôtel des postes de Reims. Entrée publique.

Ce bâtiment utilise le béton armé, matériau nouveau particulièrement mis en valeur dans cette construction. La sobriété du traitement plastique de l'épiderme met en évidence le bouchardage d'un béton teinté par la nature des graviers qui le constituent. La structure est très rationaliste mais puise les éléments de son architectonique dans la tradition classique (corniche, bandeau, soubassement). Cet édifice exceptionnel anticipe sur l'évolution qui sera celle d'Auguste Perret vers un Néo-classicisme moderne.

Moulin de Valmy

Ensemble du Moulin de Valmy vu de loin

Décor illustre de la bataille de Valmy, détruit le jour même (20 septembre 1792) et victime du sort de tous les postes d'observation, le moulin de Valmy symbolisa aussitôt la liberté des peuples. Réduit à une stèle où fut déposé le coeur de Kellermann, il fut reconstruit, puis détruit en 1831; il retrouva sa place à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, après une souscription nationale. Un moulin pivot venu d'Attiches (Nord) y fut transféré et remonté entre 1939 et 1947. Ce moulin a été abattu par la tempête de décembre 1999 et sera prochainement reconstruit. Monument commémoratif réalisé par le sculpteur Barrau.

Circuit automobile de Gueux

A l'initiative de ce qui allait devenir l'Automobile Club de Champagne, une première épreuve est discutée à Beine, en 1925. Le circuit de Gueux, mieux adapté et utilisant les D26 et 27 ainsi qu'une portion de la N31, offre un parcours de 7, 1 km. Le succès sera au rendez-vous jusqu'en 1939. De cette période datent les tribunes couvertes en béton armé, construites en 1928 et 1931, le pavillon central (1932) avec les stands de ravitaillement et le pavillon de chronométrage (1937). Après l'interruption de la guerre, les courses automobiles reprennent en 1947. Le circuit est aménagé en circuit de compétition pendant l'hiver 1952-1953. Une tribune supplémentaire, la tribune "Sommer", est ajoutée et le pavillon central reconstruit et transformé en restaurant. Un panneau d'affichage tournant est élevé en 1956. Un centre de ravitaillement est construit la même année par la société Shell. Un club house complète l'ensemble. Élevé sur deux niveaux, il comportait une vitrine d'exposition pour les sponsors et une pièce de réception à l'étage. Une grande coursive permettait de suivre la course. Une fresque due à Molné et Akmen représente le départ et l'arrivée de la course. Les courses ont cessé en 1969 pour des raisons de sécurité.

Chapelle Notre-Dame-de-la-Paix - Reims

Le peintre d’origine japonaise Tsugouharu Foujita s’est converti en 1959 à la religion catholique, à la suite d’une expérience mystique vécue à la basilique Saint-Rémi de Reims. Prenant à cette occasion le prénom de Léonard, il a exprimé le désir de décorer cette chapelle. Celle-ci, édifiée en 1966 sur un terrain offert par René Lalou, directeur de la maison de champagne Mumm, est dessinée dans un style d’inspiration romane. La décoration est entièrement conçue par Foujita, qui a fourni les dessins et maquettes des vitraux et des sculptures. L’intérieur est orné de fresques réalisées directement par l’artiste et utilisant la technique traditionnelle “a fresco”. Inaugurée le 18 octobre 1966, la chapelle a été remise à la ville de Reims.

Eglise Notre-Dame-en-Vaux et son cloître - Châlons-sur-Marne

Abside, clochers et flèches de l'Eglise Notre-Dame-en-Vaux

Cloître du 12e siècle, démoli au 18e siècle, redécouvert dans la seconde moitié du 20e siècle. Eglise des 12e et 13e siècles, restaurée au 19e siècle. La propriété du cloître (anciennement propriété de l'Etat, ministère de la culture) a été transférée à la commune le 1er juin 2007.

Eglise Saint-Hélain - Bisseuil

Abside et transept au nord de l'Eglise Saint-Hélain

L'église est constituée d'un édifice en forme de croix latine des 13e et 14e siècles, et d'une abside de la fin du 15e siècle, percée de cinq fenêtres à réseaux flamboyants. Façade ouest remaniée au 19e siècle.