Martinique : 10 monuments historiques méconnus a découvrir

Martinique : 10 monuments historiques méconnus a découvrir

L'application pour découvrir les Monuments Historiques français

Carte du Patrimoine est Disponible pour Android sur le Google Play Store
Une capture d'écran de l'application Carte du Patrimoine présentant les informations d'un château à Montiganc-Charente

Eglise paroissiale Saint-Laurent, Le Lamentin

L'église Saint-Laurent, édifiée au milieu du XIXe siècle et restaurée en 1949, symbolise l'héritage religieux de Le Lamentin. Sa structure en béton, inhabituelle pour l'époque, alliée aux superbes vitraux de Pierre-Gustave Dagrant marque le paysage architectural local. Cet édifice religieux illustre la perpétuelle adaptation des constructions historiques aux exigences modernes tout en préservant leur essence culturelle et spirituelle.

Bassin de radoub, Fort-de-France

Vue partielle du radoub, élévation est

Construit entre 1864 et 1868, le bassin de radoub de Fort-de-France est un chef-d'œuvre d'ingénierie maritime historique. Conçu dans la lignée de bassins célèbres de Toulon, Lorient et Cherbourg, il mêle pierre de taille et béton pour accueillir des navires de grandes dimensions. Son extension, ajoutée un siècle plus tard, témoigne de son évolution adaptative. La capitainerie en bois de style colonial adjacent restaure l’authenticité historique du site et rappelle l'importance qu’avait ce bassin pour le fonctionnement du port.

Lycée Schoelcher, Fort-de-France

Le lycée Schoelcher, bâti dans un cadre paysager exceptionnel à Fort-de-France, est un exemple poignant de l'architecture éducative du XXe siècle. Conformément aux normes parasismiques avancées, les bâtiments construits entre 1934 et 1937 rappellent l'attention méticuleuse portée à la sécurité et à l'esthétique dans les constructions publiques durant cette période. Les aménagements successifs montrent l'importance de l'éducation tout en respectant le patrimoine architectural originel.

Deux fontaines au centre du bourg, Le Lamentin

Les deux fontaines monumentales du centre bourg du Lamentin sont des points d'eau et des lieux de rencontre historiques pour les habitants. Exécutées par les célèbres fonderies Chappée, avec des techniques variées, ces fontaines témoignent des avancées de la fonderie entre le XIXe et le début du XXe siècle, embellissant simultanément le paysage urbain et répondant aux besoins pratiques de la communauté.

Eglise paroissiale de l'Immaculée Conception, L'Ajoupa-Bouillon

Cette église paroissiale est le cœur spirituel d’Ajoupa-Bouillon depuis le milieu du XIXe siècle. Elle a traversé les époques, avec un clocher hexagonal d'origine détruit en 1963 et remplacé depuis, et des agrandissements en 1926. Son histoire architecturale révèle l'importance de la continuité religieuse dans la petite commune, malgré les assauts du temps et des événements naturels.

Cimetière du Fort, Saint-Pierre

Le cimetière du Fort à Saint-Pierre est la sépulture finale témoignant de l'histoire tragique de la ville, dévastée par l'éruption de la Montagne Pelée en 1902. Fondé en 1635, il renferme les tombes des premiers gouverneurs et illustre les débuts de la colonisation sur l'île. Sa préservation en tant que monument historique symbolise le respect pour les défunts et l'histoire tumultueuse de cette ancienne capitale économique.

Eglise paroissiale Sainte-Anne, Sainte-Anne

Toit de l'église paroissiale Sainte-Anne

L'église paroissiale Sainte-Anne remonte à la fin du XVIIe siècle et a été reconstruite plusieurs fois. L'actuelle structure, bénie en 1866, comprend des autels en marbre signés du marbrier Béraud. La rénovation du clocher en 1991 et la restauration de l'édifice en 2003 montrent la détermination de la communauté pour préserver ce précieux héritage religieux et culturel.

Ancien théâtre, Saint-Pierre

Les ruines de l'ancien théâtre de Saint-Pierre, vestiges de l'éruption dévastatrice de 1902, murmurent encore l'histoire d'une scène culturelle florissante. Sa création remonte à 1786 avec maintes reconstructions suite à des catastrophes naturelles. Le théâtre, qui fermait en 1901 par manque d'affluence, laisse un patrimoine poignant de ce qui fut un centre d'art et de vie sociale.

Feu à secteurs du Fort Saint-Louis, Fort-de-France

Érigé en 1930, le feu à secteurs du Fort Saint-Louis marquait la navigation maritime près de Fort-de-France avec sa conception métallique rivetée, typique des réalisations inspirées par Gustave Eiffel. Bien que désormais éteint, ce phare reste un symbole de l'ingénierie du XXe siècle et de l'importance vitale des infrastructures maritimes pour les îles.

Résidence "les Tourelles" dite résidence du Gouverneur Félix Eboué, Fort-de-France

Construite en 1902, résidence "les Tourelles" a servi de domicile au gouverneur Félix Eboué de 1932 à 1934. Ses modifications successives évoquent l'adaptabilité des logements officiels aux besoins changeants de leurs occupants, tout en conservant un style architectural évocateur d'une époque de transition entre traditions coloniales et influences modernes.