Pyrénées-Atlantiques : 10 monuments historiques méconnus a découvrir

Pyrénées-Atlantiques : 10 monuments historiques méconnus a découvrir

L'application pour découvrir les Monuments Historiques français

Carte du Patrimoine est Disponible pour Android sur le Google Play Store
Une capture d'écran de l'application Carte du Patrimoine présentant les informations d'un château à Montiganc-Charente

Eglise Saint-Pierre, Orthez

Chevet, flanc sud de l'Eglise Saint-Pierre à Orthez

L'Eglise Saint-Pierre à Orthez met en valeur le style architectural du début du 14e siècle avec ses nervures caractéristiques et fenêtres en réseau. Ses chapelles latérales, façade nord et clocher (disparu) ajoutent à son histoire riche. L'ensemble reflète une fusion entre conceptions languedocienne et architecture du nord particulièrement visible dans le choeur. Ce monument, inscrit comme patrimoine historique, s'illustre aussi par sa peinture de tympan datant de 1912.

Hôtel du Palais, Biarritz

Ensemble sud de l'Hôtel du Palais à Biarritz

Lieu chargé d'histoire, l'Hôtel du Palais à Biarritz était à l'origine une villa impériale érigée vers 1854 avant de devenir un palace distinctif du style néo-Louis XIII. Sa transformation en hôtel après l'incendie de 1903 illustre une évolution architecturale remarquable intégrant le béton armé. Aujourd'hui, inscrit MH, ce bâtiment avec son décor de brique, pierre et ardoises témoigne d'une histoire impériale et du luxe hôtelier du début du 20e siècle.

Immeuble, Bayonne

Cet immeuble à Bayonne cache une cave voûtée d'ogives datant du 14e siècle. Ses salles souterraines avec niches, clef de voûte ornée et escalier antique narrent une riche histoire médiévale. Bien qu'inscrit comme patrimoine historique, il conserve son mystère, abritant probablement des bougies et instruments d'éclairage d'une autre époque.

Croix de carrefour de Sarrasquette, Bussunarits-Sarrasquette

La croix de carrefour de Sarrasquette témoigne du passage historique des pèlerins jacobites. Sa forme unique avec des têtes gravées soutenant les bras horizontaux, l'inscription INRI, et l'appel "Ave spes unica" soulignent sa signification spirituelle et son design artistique. Malgré sa simplicité, elle reste une relique précieuse de la dévotion populaire.

Croix de chemin, Suhescun

Sculptée avec une esthétique naïve, la Croix de chemin à Suhescun repose sur un socle gréseux caractérisé. Son fût monolithe surmonté de deux têtes indique une association profonde avec la foi et l'art populaire du 18e siècle. L'inscription MH met en lumière l'importance historique et religieuse de ce monument.

Croix de cimetière, Hosta

Vue générale de la croix dans son environnement à Hosta

Cette croix de cimetière à Hosta présente un Christ en champlevé du 17e siècle, avec des motifs d'instruments de la Passion, soulignant l'intensité religieuse de son message. Son inscription MH garantit la conservation de son style distinct qui pourrait évoquer des influences orientales rencontrées au Pays Basque.

Château de Marracq, Bayonne

Pan de mur du Château de Marracq à Bayonne

Fondé en 1720, le Château de Marracq à Bayonne reflète le passé royal de la reine Marie Anna de Neubourg. Il fut le lieu de séjour de Napoléon Ier et a joué un rôle capital dans le traité de Bayonne. Malgré un incendie dévastateur au 19e siècle, les restes classés comme MH incarnent l'histoire politique et sociale de la région.

Ancien château des Barons d'Espelette ou Ezpeleta, Espelette

Ensemble sud du château des Barons d'Espelette

L'Ancien château d'Espelette date du 15e siècle et porte les traces d'une structure fortifiée dévastée puis reconstruite après 1640. Inscrit MH, il témoigne des aléas historiques et de la reconstruction qui a suivi, symbolisée par les restes d'une tour d'angle, d'une échauguette et d'un corps de logis exhibant des frontons du 17e siècle.

Croix du 17e siècle dite Croix blanche, Ciboure

Vue générale de la Croix blanche à Ciboure

La Croix blanche de Ciboure, datant du début du 17e siècle, se caractérise par son style sculptural avec un Christ aux bras horizontaux et une Vierge au revers. La date de 1616 et les détails tels que les demi-sphères latérales et les cerclages des bras de la croix expriment la ferveur et l'art de l'époque, méritant son statut d'édifice inscrit MH.

Eglise de l'Assomption, Ascain

La silhouette de l'Eglise de l'Assomption à Ascain se dessine depuis le 14e siècle. Remodelée en 1626, elle adopte un style unique avec une nef à trois étages de tribunes. Son clocher-porche et son plafond lambrissé confèrent à l'intérieur une beauté rustique et chaleureuse. Tandis que de l'extérieur, son architecture classée MH domine les vues d'Ascain.